Home » Technologie »  Mobilité » Rencontre avec les « casseurs » de tablettes

Rencontre avec les « casseurs » de tablettes

Tech Page One

Fins, légers, élégants, les dernières générations de terminaux mobiles bénéficient d’un design sans faute. Mais pour certains métiers, sécurité et robustesse dépassent les considérations esthétiques.

Rencontre avec les « casseurs » de smartphones

Des coques résistantes à l’eau et à la poussière, des écrans incassables, des périphériques et des applications spécialisés… Voici à quoi ressemble un terminal dit « durci ». Et tout le monde a déjà croisé la route d’un de ces « vrais durs » de l’informatique. Il suffit par exemple d’avoir un jour signé le reçu d’un colis sur l’écran tactile du facteur. Si ces appareils ne conviennent évidemment pas à tous les professionnels, ils sont des compagnons idéaux pour certaines catégories de métiers. En voici 5 exemples.

1. Ingénieur terrain

Les ingénieurs envoyés sur le terrain, pour réparer des installations énergétiques par exemple, ne peuvent se contenter d’un simple système de tickets pour gérer leurs différentes tâches. Ils doivent également accéder aux manuels d’utilisation, aux schémas, aux tutoriels vidéos… Les tablettes et ordinateurs classiques n’ont pas les caractéristiques nécessaires pour réaliser ce type de mission dans un environnement soumis à la poussière, à l’humidité ou aux chocs.

2. Professionnel du bâtiment

Les personnes qui travaillent sur les sites de constructions ont besoin d’appareils capables d’afficher des plans ou de recevoir des mesures, mais aussi de tomber par terre ou de passer sous les roues d’un véhicule de chantier sans se briser. Les tablettes durcies sont conçues pour être utilisées d’une seule main quand c’est nécessaire puis être rattachées à un clavier physique lorsque les conditions le permettent.

3. Travailleur social

Les travailleurs sociaux doivent pouvoir visualiser le dossier des personnes chez qui ils se rendent, mais également y intégrer les nouvelles informations récoltées au cours de leur rendez-vous. Cela peut se matérialiser par un système de cases à cocher, grâce à un stylet attaché sur le côté, complété par des zones de saisie utilisables via un clavier physique ou virtuel. Non seulement ces devices devront supporter d’être transportés à longueur de journée, mais ils devront également intégrer des fonctionnalités fortes de sécurité pour garantir que les informations à caractères personnelles qui y sont stockées ne soient pas perdues ou volées.

“Les appareils devront résister aux chocs, à la chaleur, à la poussière et être dotés d’interfaces tactiles fonctionnant même à travers des gants.”

4. Secouriste

Policiers, urgentistes ou pompiers exploitent de plus en plus le numérique pour améliorer leurs interventions. Lors d’un contrôle routier par exemple, la police doit pouvoir accéder instantanément au registre des cartes grises, vérifier la validité de l’assurance ou encore s’assurer que la personne au volant ne fait l’objet d’aucun avis de recherche. Les ambulanciers voudront eux vérifier les antécédents médicaux et rechercher les solutions possibles pour traiter une maladie rare. Les pompiers quant à eux peuvent avoir besoin de consulter les plans d’un bâtiment en feu afin d’identifier la meilleure marche à suivre. Dans tous les cas, ces services d’urgences devront peut-être également prendre des photos, enregistrer des témoignages ou filmer leur intervention pour constituer un dossier qui sera ensuite consultable par la justice, les assureurs ou encore les victimes. Pour fonctionner dans ces situations difficiles, les appareils utilisés devront résister aux chocs, à la chaleur, à la poussière, mais aussi être dotés d’interfaces tactiles fonctionnant même à travers des gants ou avec l’aide d’un stylet, voire de commandes vocales.

5. Expert en sinistre

Les compagnies d’assurance les plus réactives face aux difficultés rencontrées par leurs clients prendront le pas sur leurs concurrents. Qu’il s’agisse d’un accident domestique d’un accident de la route, d’un bâtiment incendié ou inondé, ou même d’un site chimique envahi de substances dangereuses, la nécessité de collecter toujours plus rapidement de l’information sur le lieu de l’incident rend indispensable le recours à des terminaux mobiles. Là encore, la résistance aux environnements inhospitaliers est un prérequis, comme la présence de périphériques performants pour la capture d’images, de sons et de vidéos.

 

Clive Longbottom

Clive Longbottom

Clive Longbottom has been an industry analyst for around 25 years. Having trained as a chemical engineer, he sees everything in terms of process. Clive has worked in several positions across medium and large sized organisations, giving him a strong understanding of what an organisation needs – which isn’t an unquenchable thirst for technology. Clive looks at everything from the point of “What could this do for me, my team, my department, my organisation, the value chain?”, which enables him to weed out the very important, often quite basic, technologies from the more elegant, yet less useful ones.

Derniers articles:

 

Tags: Technologie,  Mobilité,  Sécurité