Home »  Technologie » Cloud Computing » Du no-cloud au cloud-only

Du no-cloud au cloud-only

Tech Page One

Gartner annonce la fin du "no-cloud". D’ici 2020, les derniers réfractaires à l’informatique dans le nuage devraient avoir déposé les armes.

En 2020, les entreprises qui n’utilisent pas le cloud seront aussi rare que celles qui n’utilisent pas internet aujourd’hui. Gartner est catégorique sur cette question. Pour l’analyste, les entreprises qui auraient, envers et contre tout, maintenu une politique de « no-cloud » des dernières années, risquent bientôt de se retrouver dans une position tout simplement « intenable ». Explications.

40 % des services cloud sont provisionnés sans implication de la DSI.

Tout d’abord, le shadow IT. Les responsables informatiques doivent se faire une raison. Le temps où les utilisateurs n’avaient d’autres choix que de faire appel à eux pour obtenir de nouvelles ressources informatiques est bel et bien révolu. Depuis maintenant plusieurs années, les métiers peuvent très simplement déployer des services cloud, sans compétences techniques particulières. Les entreprises qui refusent d’utiliser le cloud risquent non seulement de devoir déployer des efforts très importants pour contrôler les usages mais également de pousser ses utilisateurs à contourner l’IT interne au profit de fournisseurs externes qui ne répondent peut-être pas aux critères de sécurité de la société.

En 2020, les revenus du IaaS et du PaaS excèderont 55 milliards de dollars.

Ensuite, dans quelques années, refuser le cloud équivaudra à se passer des applications les plus innovantes et donc par la même occasion à prendre du retard sur ses concurrents. Car les fournisseurs de solutions informatiques font du cloud leur premier choix. Aujourd’hui, la stratégie « cloud-first » consiste à penser une solution en premier lieu dans un environnement cloud, puis dans un second temps de la porter sur des infrastructures sur-site. Mais plus on approchera de la fin de la décennie, plus les nouveaux développements seront « cloud-only ». Pour profiter des dernières avancées technologiques, les entreprises n’auront d’autre option que d’y souscrire en mode cloud.

En 2019, la majorité des machines virtuelles sera fournie par les fournisseurs IaaS.

Dans les trois années qui viennent, c’est tout un marché qui va basculer. Comme la mobilité supplante peu à peu le fixe côté poste client, le cloud va dépasser l’infrastructure physique. Quel que soit sa forme, privé, public ou hybride, IaaS, PaaS ou SaaS, le cloud finira tôt ou tard par démontrer sa valeur dans toutes les entreprises. Car il ne s’agit pas pour les fournisseurs de créer une adoption du cloud à marche forcée, mais bien de répondre aux nouveaux besoins de rapidité, d’agilité et de mobilité exprimés par les utilisateurs pour accomplir leur mission toujours plus efficacement.

 

Béatrice Hass

Béatrice Hass

Béatrice Hass est en charge du Marketing Dell pour les Services de Consulting, Déploiement et Support. De par ses précédentes expériences au sein de SSII, elle est tout particulièrement concentrée sur les enjeux liés à la transformation de leurs infrastructures, et en particulier l’adoption et l’implémentation de solutions Cloud.

Derniers articles:

 

Tags: Cloud Computing,  Datacenter,  Technologie