Home » Technologie » Cloud Computing » Relever les défis de l’intégration cloud

Relever les défis de l’intégration cloud

Tech Page One

Les médias le répètent à l’envi : le cloud est la grande révolution technologique de cette décennie. Mais ils sont moins diserts sur les enjeux, pourtant stratégiques, que pose la nécessaire intégration des données et des applications historiques dans ces environnements hébergés.

Relever les défis de l'intégration cloud

S’ils ne doutent pas de l’intérêt des services en ligne, les DSI se montrent toujours beaucoup plus réticentes à l’idée de basculer vers des solutions « full-cloud », entièrement déployées et gérées dans des centres d’hébergement. La sécurité pose toujours question : peut-on être sûr que l’outil de conception numérique sera aussi bien protégé contre les attaques s’il est hébergé sur le cloud ? Mais le principal enjeu est ailleurs : il s’agit d’intégrer les applications historiques, installées localement, et les données qu’elles accueillent dans ces nouveaux environnements pilotés à distance.

Ce n’est pas simple, notamment parce qu’il faut apprendre à concilier les processus associés aux services en ligne et ceux qui régissent depuis longtemps le fonctionnement des systèmes d’information gérés localement. Plusieurs pistes se dégagent en 2016.

iPaaS

Étroitement associées aux plate-formes à la demande (PaaS, pour « Platform-as-a-Service » en anglais), les nouvelles plate-formes d’intégration cloud devraient faciliter les choses. On appelle ces PaaS d’intégration les iPaaS (pour « integration Platform-as-a-Service »). Leur valeur ajoutée tient à la possibilité d’importer les données dans le cloud par de simples « glisser-déposer », mais aussi à la faculté de gérer depuis une seule et unique interface centralisée la performance de toutes les applications…

Conteneurs

A mesure qu’elles s’appuient sur le cloud pour héberger toutes leurs applications, les entreprises vont aussi devoir s’approprier les nouvelles technologies de « containers », qui leur offriront des environnements d’exécution directement dans le cloud. Avec Docker, l’une des technologies de conteneurisation les plus connues, il est par exemple possible de « packager » une application et tous les composants qui permettent son exécution (système d’exploitation, mémoire…) dans une partition virtuelle et étanche hébergée sur le PaaS. L’avantage : vous pouvez ainsi intégrer rapidement cette application sur n’importe quel cloud.

ERP-as-a-Service

Projets trop complexes, inquiétudes sur les performances, manque de garanties sur la disponibilité, il était jusqu’ici jugé risqué de porter les progiciels de gestion (ERP, pour « Enterprise Ressource Planning) dans le cloud, l’institut Gartner estime que 2016 devrait marquer un tournant. Exit les temps de latence (le délai entre une action et son exécution) trop longs et le manque de flexibilité supposé du cloud. Les ERP de demain devraient s’installer directement dans le nuage pour gagner en agilité et en flexibilité.

Courtiers du cloud

Reste que les clouds risquent, eux aussi de se multiplier, avec la nécessité pour les utilisateurs de relier les infrastructures hébergées par plusieurs fournisseurs. Le résultat est l’émergence probable d’une nouvelle génération de « cloud brokers » (des courtiers du cloud) qui se chargeront de jeter des ponts entre tous les clouds, mais aussi de mettre en œuvre de nouveaux systèmes de déploiement rapide pour tous les nouveaux services lancés sur les clouds.

 

Béatrice Hass

Béatrice Hass

Béatrice Hass est en charge du Marketing Dell pour les Services de Consulting, Déploiement et Support. De par ses précédentes expériences au sein de SSII, elle est tout particulièrement concentrée sur les enjeux liés à la transformation de leurs infrastructures, et en particulier l’adoption et l’implémentation de solutions Cloud.

Derniers articles:

 

Tags: Cloud Computing