Home »  Technologie »  Cloud » Quel impact pour le Bring Your Own Cloud ?

Quel impact pour le Bring Your Own Cloud ?

Tech Page One

Quel impact pour le Bring Your Own Cloud ?

 

Le Bring Your Own Device (BYOD) fait son trou dans les entreprises. Sans réaliser d’investissements majeurs, les entreprises peuvent tirer parti des dernières générations d’appareils mobiles en invitant leurs employés à utiliser leurs propres smartphones, tablettes ou laptops au travail. La pratique est encouragée par l’efficacité qu’elle procure au quotidien et par le confort engendré pour l’utilisateur, qui peut ainsi choisir le terminal qui lui convient le mieux. Désormais, le Bring Your Own Cloud (BYOC) relève des mêmes principes.

Avec le BYOC, l’utilisateur choisit les services qu’il préfère, puis les utilise pour travailler avec les données de l’entreprise. Qu’il s’agisse de Dropbox, Evernote ou Box, le BYOC est en réalité un élément fondamental du BYOD. Le stockage de documents dans le cloud est intimement lié à la mobilité puisqu’il permet d’accéder à ses informations de n’importe où.

Une augmentation du BYOD implique donc inévitablement une évaluation du BYOC.


Le BYOC en action

Dropbox est un bon exemple de service taillé pour le BYOC. Le service de stockage en nuage a connu une adoption très rapide grâce à son interface simple et accessible et à un système de parrainage entre utilisateurs. Beaucoup de professionnels ont aujourd’hui installé Dropbox à leur domicile, au travail et sur leurs terminaux mobiles. Et sur cet espace transite un mélange de données privées et professionnelles.

Pour utiliser ce type de service, les mêmes identifiants doivent être utilisés sur chaque appareil et tous les terminaux doivent être synchronisés avec l’espace de stockage. Une situation qui induit que les données corporate seront à un moment ou à un autre synchronisées sur un appareil en dehors du champ de contrôle de l’entreprise.

Comprendre le risque

Quel impact pour le Bring Your Own Cloud ?Une fois la donnée copiée à l’extérieur du périmètre de l’entreprise, le risque est décuplé. Le BYOC engendre en effet le même problème que le BYOD : une perte de maîtrise.

Avec le BYOC, les professionnels exploitent des services destinés en premier lieu au grand public. La collaboration est facilitée car tout est fait pour favoriser le partage entre utilisateurs. Mais le monde de l’entreprise peut avoir des exigences supérieures et demander à ce que les données hébergées dans le cloud ne soit pas si facilement partageables.

Sans compter la question financière. L’utilisateur peut estimer que sa société doit prendre en charge le service qu’il utilise pour travailler ou du moins contribuer au financement de la souscription ; ce qui peut donner lieu à des dépenses imprévues qui vont ensuite courir de mois en mois.

Enfin, la compagnie doit examiner la technologie de chiffrement utilisée. Beaucoup de services chiffrent les données pendant le transfert, notamment via SSL, mais elles peuvent en revanche restées lisibles une fois hébergées. Il arrive également que les données soient cryptées dans le cloud mais que l’utilisateur ne possède pas la clé de chiffrement associée.

Quelle solution ?

Comme le BYOD, le BYOC requiert une nouvelle approche du risque et de nouveaux moyens de contrôler l’information. La propriété intellectuelle doit être sauvegardée et la législation doit être respectée. Alors l’entreprise pourra embrasser le BYOD et profiter des gains de productivité qui en découlent.

Pour que le BYOC fonctionne, les organisations professionnelles doivent avoir une politique d’utilisation clairement établie et adaptée à la sensibilité de leurs données. Les RSSI (Responsable de la Sécurité des Systèmes d’Information) doivent être  en tête de pont pour définir la bonne stratégie à adopter et les services à autoriser. Les utilisateurs doivent de leur côté être conscients de la nature des données qu’ils envoient dans le cloud.

 

 

Dell

Dell

La Revue de l’IT

Dans un environnement IT aussi complexe que passionnant, les responsables IT doivent réaliser au quotidien des choix décisifs pour leurs entreprises respectives. C’est pour accompagner les responsables du SI dans ce défi que Dell a conçu TechPage One. DSI, directions générales et métiers, et responsables opérationnels y trouveront des dossiers thématiques, des mises en perspective et des supports dynamiques en prise directe avec l’actualité IT pour appréhender au mieux les chantiers IT et prendre des décisions pleinement qualifiées.

Derniers articles:

 

Tags:  Cloud